//
vous lisez...
Divers

Indépendance catalane: revue de presse actualisée

 

Une situation complexe qui ne peut être résumée en termes lapidaires

Vu de d’extérieur, ce conflit est difficile à comprendre. Les catalans et les partis politiques n’ont pas une position unanime . Certains peuvent être favorables au référendum mais contre l’indépendance, d’autres préférent le statut d’autonomie actuel ou le renégocier que lutter pour l’indépendance. Vouloir une nation propre n’est pas nécessairement une action contre les autres régions espagnoles plus défavorisées comme l’Andalousie mais l’indépendance est vue par certains commentateurs comme une marque d’égoïsme.

Dans cet article, figurent des analyses de la presse après les évènements violents du 1er octobre, durant le vote illégal organisé par la Generalitat de Catalunya, suite à l’intervention de la police nationale espagnole. Il reste à trouver une solution à toutes les implications majeures économiques de l’indépendance.  Quid des dettes communes avec l’Espagne, que les castillans seraient en droit de réclamer à la Catalogne ?  (de l’ordre de 160 milliards d’euros), la plaçant ainsi hors des clous des critères de Maastrich (la dette publique ne doit pas dépasser plus de 60% du PIB).  Quid  de la sécurité sociale aujourd’hui commune aux deux pays ? Etc

France Info:

  • Selon l’économiste Laurent Davezies:

Une catalogne indépendante serait viable si elle reste dans l’Union Européenne    à l’image de la Slovénie qui a quitté la Yougoslavie en 1991 et rejoint l’Union Européenne en 2004. « Le statut négocié d’autonomie a été cassé en 2010, ce qui a suscité un grand mécontentement. Il y a aussi une raison structurelle. C’est une région riche, pas la plus riche d’Espagne comme on peut le croire (c’est plutôt la Navarre, Madrid et le Pays Basque), mais les Catalans sont défavorisés sur le plan fiscal. Ils contribuent plus au prélèvement obligatoire qu’ils ne bénéficient de dépenses publiques. »

 

  •      Les hypothèses si le « oui » l’emporte:

Première hypothèse. Le gouvernement catalan proclame l’indépendance de la Catalogne. Pour Rafael Arenas Garcia, professeur de droit à l’Université autonome de Barcelone, joint par l’AFP, cette éventualité contraindrait Madrid à réagir. Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, pourrait appliquer l’article 155 de la Constitution qui l’autorise à suspendre l’autonomie de la Catalogne et prendre le contrôle de sa police. Il pourrait aussi arrêter des dirigeants catalans, tel le président Carles Puigdemont.

Deuxième hypothèse. Les dirigeants catalans ne déclarent pas l’indépendance, mais cherchent à tirer profit du résultat via une mobilisation massive dans toute la Catalogne, envisage Gabriel Colome. Une grève prolongée pourrait faire du tort à l’économie espagnole. Des manifestations et des émeutes seraient possibles. Forts de cette action populaire, les indépendantistes « tenteraient de négocier » sur les questions d’autonomie et de financement de la Catalogne, explique le politologue

Troisième hypothèse:  L’indépendance n’est pas proclamée, mais le Parlement catalan est dissous pour organiser de nouvelles élections régionales. Les indépendantistes pourraient alors capitaliser sur les effets de la crise provoquée par l’organisation du référendum et obtenir une plus forte majorité au Parlement régional. Objectif : poursuivre leur lutte pour l’indépendance.

France Culture:

  • Catalogne : ce que l’indépendance changerait

En 5 questions : La Catalogne est autonome sur toutes les compétences sauf sur la défense, la diplomatie, la fiscalité. Le litige entre le gouvernement espagnol et la Catalogne s’est cristallisé à partir de 2010, suite à une requête du PP (Partido Popular), la droite conservatrice à laquelle appartient le premier ministre Mariano Rajoy.

Extrait: « Ce dernier, dans un arrêt rendu le 28 juin 2010, annule finalement 14 des articles du statut d’autonomie. »

« Le catalanisme dans son essence n’est pas indépendantiste. C’est un courant qui existait mais de manière minoritaire jusque là”, rappelle Stéphane Michonneau, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lille 3.

Dans la population catalane, il existe un clivage fort entre les partisans de l’autonomie et ceux de l’indépendance.

Emission enregistrée avant les évènement violents du dimanche 1er octobre pendant le référendum. Une bataille médiatique perdue par Mariano Rajoy.

Benoit Pellistrandi historien, correspondant de la Real Academia de la Historia: » Dans l’histoire de l’Espagne, ce sont des évènements plus graves que la coup d’Etat avorté en 1981 par des militaires franquistes »

Josep Borrell (ancien Président du Parlement européen et anti-indépendatiste): « Ce référendum est un puissant élément de mobilisation pour continuer l’escalade et maintenir la tension« .

C. Ockrent « Question: C’est une sédition à écraser au lieu d’un problème politique à résoudre ?  »

Josep Borrell: « 72 députés ont voté pour le référendum alors que la loi catalane en exige 90. La catalogne est un état prospère mais qui pense que l’Espagne vole ses ressources, comme l’Italie du Nord vis à vis du sud. Un sentiment exarcerbé par la crise de 2008 qui a eu un impact très fort en Catalogne »

Stéphane Michonneau, professeur en histoire contemporaine à l’université Lille : »La nationalisme catalan se développe en défendant une idée de l’Espagne. De l’extrême-droite jusqu’à la gauche. Le gouvernement espagnol a une ignorance crasse de l’histoire de la Catalogne et multiplie les gaffes. Rajoy n’est pas Franco »

Jean-Dominique Giuliani, Président de la Fondation Robert Schuman: « Plus personne ne s’exprime au niveau européen. Le droit à l’autodétermination n’existe que quand les conditions sont remplies. ( Kosovo à cause de la stigmatisation d’une partie de la population). La revendication catalane ne rencontrera aucun écho de la part de l’Europe »

C. Ockrent:  » Le problème est à l’état dormant »

Éric Chol de Courrier International:  » Pour l’Ecosse, il est crucial que l’indépendance catalane ait lieu afin d’utiliser un précédent. En Irlande du Nord, la voie catalane pourrait devenir une stratégie pour son indépendance. En Belgique, les indépendantistes flamands (NVA)  suivent l’affaire de très prés.

 C. Ockrent: « Moscou suit de près les informations sur ce dossier »

Éric Chol: « Selon El Pais, « la Russie a intérêt à exacerber cette crise pour déstabiliser l’Europe. Julian Assange serait le principal agitateur en diffusant des fakes news »

Josep Borrell: « Si les 4 députés basques ne veulent pas approuver le budget pour 2018  le budget précédent serait alors approuvé. On a inventé l’Europe pour lutter contre les nationalismes »

Jean-Dominique Giuliani: « Les nationalismes sont un populisme du riche qui ne veut pas partager. L’Europe ne jouera pas ce jeu contraire à son essence, à son droit. Le traité de l’Union européenne dit l’intégrité territoriale doit être respectée. On peut pas encourager l’irredentisme »

Stéphane Michonneau: « Ce que disent les catalans est partagé par les autres régions. Le nationalisme n’est pas forcément porteur d’intolérance. La nationalisme espagnol existe ( franquisme). C’est une promesse d’émancipation et l’espoir qu’on va pouvoir contrôler son destin, ça galvanise les énergies politiques. L’indépendance renferme, les colères, les espoirs, les rancoeurs de nature politique. Les espagnols sont paralysés par la mémoire de la guerre civile ». 

Le Monde

( 3 octobre 2017) En cas de sécession, la région, devenue pays tiers, ne ferait plus partie de l’Union européenne et devrait lancer un processus d’adhésion, laquelle ne serait pas assurée. Si l’adhésion aboutit, elle devra être entérinée, en bout de ligne, par un vote et une ratification unanimes des Etats membres (après avis de la Commission et du Parlement). Un veto de l’Espagne serait alors évident, comme le soutien que pourraient lui apporter d’autres pays. Hors de l’UE, comment la Catalogne pourrait s’en sortir économiquement ?  L’exemple Norvégien n’étant pas pertinent puisque ce pays dispose de ressources pétrolières qui lui assurent une autonomie financière suffisante.

La presse espagnole et catalane

Le quotidien El Pais, hostile à l’indépendance de la Catalogne, se montre sévère à l’égard du chef du gouvernement, Mariano Rajoy, — lequel a déclaré qu’il « n’y a[vait] pas eu de référendum » —, déplorant son « incapacité absolue à affronter la crise dès ses prémices »
Le quotidien Catalan  » La Vanguardia » écrit: « Nous entrons dans une phase de grèves et de manifestations de rue, (…) davantage de mouvements, davantage de répression. »

Lire ici les commentaires des autres journaux ABC (conservateurs) et El Mundo (centre -droit)

 

Le Figaro

Dans son édition du 2 octobre, Le Figaro indique que « Le président catalan demande une médiation internationale, tandis que Mariano Rajoy va convoquer les différents partis pour faire le point. » Pour Carles Puigdemont, président de la Généralitad de Catalunya, la victoire du « Oui » induit que l’indépendance doit être déclarée dans les 48h. Un promesse qui nécessiterait entre 5 et 10 ans pour devenir effective en considérant les négociations avec l’Espagne et l’Union Européenne qui n’est pas favorable aux irrédentismes, craignant d’en faire un symbole pour l’Ecosse, L’irlande du Nord, etc.

Le président Espagnol, Mariano Rajoy peut de son côté invoquer l’article 155 de la Constitution espagnole. Ce texte permet au gouvernement espagnol de suspendre temporairement l’autonomie d’une région pour y faire respecter la Constitution.

Capital

Côté finances, les entreprises et détenteurs de capitaux estiment qu’ils ont tout à perdre avec l’indépendance de la Catalogne. Dette publique et privée, forte récession à prévoir pour l’Espagne, les mauvais indicateurs s’additionnent pour le magazine Capital. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

À propos de Serge Escalé

Rédacteur. En veille sur l'économie, le social, l'usage et implications des technologies, le numérique.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :