//
vous lisez...
Livres, Livres_numerique, Uncategorized

Les nouveaux business models des médias ( Editions FYP)

Nouveaux_Business_Models_Medias

Editions FYP       Selma Fradin – 20€ –

Le numérique a transfiguré profondément la manière de consommer les journaux, magazines, et programmes de télévision. Ce livre  truffé de nombreuses références, chiffres et tableaux, parfois inutiles, met en perspective la perte drastique de la valeur de l’information. Un faible nombre d’internautes sont prêts à payer pour s’informer ou se distraire. Les frontières historiques des médias ont disparu faisant place à des géants du web dont Google qui monopolisent l’attention et les revenus. Les Gafa (Google, Facebook, Apple, Amazon) ont un chiffre d’affaire cumulé de 320 milliards d’euros, soit le PIB du Danemark … La publicité  a investi le web mais elle est devenue beaucoup moins rentable que sur papier. En clair, l’information ne rapporte pas suffisamment pour attirer des investisseurs désintéressés. Les grands groupes appartiennent à des magnats des affaires tels Bernard Arnaud ( Les Echos, etc.), Vincent Bolloré ( Vivendi, Canal +), Xavier Niel, Matthieu Pigasse, Pierre Bergé ( Groupe Le Monde), Dassault ( Le Figaro) , Patrick Drahi (Libération, L’Express, etc.) qui y voient plutôt un moyen d’acquérir une influence que de sauver la presse. Outre ce modèle français d’actionnariat, les aides à la presse sont mal réparties. La presse indépendante d’investigation comme Mediapart ne reçoit aucune subvention alors que Le Figaro et Le Monde perçoivent chacun autour de 16 millions d’euros par an , L’humanité exangue ,  perçoit de 7 millions d’euros (chiffres DGMIC -2013).

Des études de cas intéressantes

Ce livre met en exergue des études de cas concrets sur la mutation des médias sous l’influence du numérique. Ainsi le New York Times, est l’un des premiers a avoir pris le virage du numérique mais tout n’est pas gagné pour autant. Sa « Une » n’est consultée que par un tiers des lecteurs, les réseaux sociaux n’attirent que 10% du trafic, la transformation numérique impose de constantes remises en question et ne permet pas d’analyser sereinement l’avenir. De plus, il n’y a pas de véritable coopération entre la rédaction , le marketing et l’expérience client. France Télévision enregistre une perte constante et significative d’audience. Le Monde continue à transformer dans la douleur son modèle économique et ses processus de production mais 80% de ses revenus restent liés au papier. La publicité sur l’édition numérique ne compense pas les pertes du support papier. Le numérique impulse « l’entreprise libérée », une organisation agile , comme la société FAVI, équipementier automobile qui a supprimé tous les échelons hiérarchiques et mis en place un système d’intéressement individuel et collectif. Le groupe M6 a réduit très fortement les couts, fusionné des équipes  et mis sous pression ses salariés ce qui réduit le chiffre d’affaires, la valeur de son offre et le nombre de téléspectateurs. Comme le précise l’auteur, 4 projets de transformation digitale sur 5 échouent en raison d’un problème de décision du management.

Les 3 piliers de la transformation numérique

Selma Fradin identifie trois axes de développement.

D’une part, la réinvention des modèles économiques qui doivent rompre radicalement avec les modèles classiques avec la recherche de nouveaux marchés.

Ensuite, les médias doivent répondre au défi que constitue la captation de l’attention des lecteurs, télespectateurs, internautes. L’exploitation intelligente des données ( smart et big data)  peut être une solution mais pour l’heure, très peu d’entreprises savent les exploiter.

Enfin, les organisations de travail doivent être agiles sous peine de rater le virage numérique.

Le livre dresse un état des lieux fouillé et intéressant sur la trasnsformation des médias mais il occulte les aspects négatifs d’une économie mondialisée ou le pouvoir destructeur des monopoles. D’autre part, il annonce une 3ème révolution numérique reposant sur les objets connectés alors qu’il n’existe aujourd’hui que des prédictions très optimistes sur des technologies en évaluation dont les usages ne sont pas matures. Les problèmes multiples et profonds de la transformation numérique doivent trouver des solutions avant de penser à intégrer trop vite d’autres mutations technologiques.

Publicités

À propos de Serge Escalé

Rédacteur. En veille sur l'économie, le social, l'usage et implications des technologies, le numérique.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

%d blogueurs aiment cette page :