//
vous lisez...
Coups de gueule, Divers

Croire en l’humain comme une nécessité vitale

Beaucoup d’essais ou pamphlets sur la violence de l’homme, l’inégalité des sociétés, l’oppression ou l’intolérance finissent par un rituel message d’espoir sur la puissance de la raison face à l’obscurantisme, l’espoir d’un futur enfin apaisé. Soit, l’homme ne peut vivre sans espoir. Il est bienséant d’invoquer l’espérance en appelant à un nouvel âge pacifié, ou chacun se soucierait de l’autre. Mais l’exercice consciencieux et attentif de la raison est un voyage terrifiant au bout de la nuit, suivant le titre du roman de Céline, que peu osent affronter. En toute lucidité, l’homme est désespérant pour quiconque se réclame de l’esprit des Lumières qui prône tolérance, liberté, égalité, fondant ainsi une morale post-chrétienne. Pour ne parler que du XX éme siècle, la boucherie de la guerre de 1914-18, loin d’être la « der des ders » ne fut que le prémisse du gigantesque massacre de 50 millions d’individus, homme, femmes, enfants. Rien n’avait été retenu. Au nom d’une idée imbécile et absurde qui faisait des juifs, les tsiganes et autres sous-humains désignés, les coupables de tous les maux, le régime nazi a massacré de manière industrielle plusieurs millions de personnes. les génocides se sont succédés, massacres des arméniens en 1915, crimes des khmers rouges de 1975 à 1978, boucheries au Rwanda en 1994. On en oublie, pardons aux millions d’êtres humains passés au fil de l’arme blanche, de la bombe atomique, des armes conventionnelles. Et aujourd’hui des drones armés. La force du pessimiste ou de l’observateur lucide est de ne pas être surpris par les considérables capacités de violence, de haine, d’intolérance de l’être humain.  Les périodes de paix ne sont que de simples intermèdes de tolérance, liberté, égalité. Aujourd’hui, tout est prêt pour un nouvel âge de violence avec des outils numériques inter connectés en réseau mondial, dont la courbe de puissance est exponentielle alors que l’éthique n’a pas progressé d’un iota. Aucun recul sur la portée des innovations, au seul service d’un monde libéralisé économiquement à outrance. Portons le regard sur les conflits au Moyen-Orient, l’attitude D’Israël qui est passé de victime à oppresseur, les attentats absurdes à Charlie-Hebdo en janvier 2015, l’interprétation obscurantiste d’un Coran qui prône un respect absolu et littéral, mal assimilé, à un texte religieux qui date du VII ème siècle. Rien n’incite objectivement à l’optimisme. Seul un krach majeur, une claque magistrale dont nul ne peut prédire l’ampleur fera de nécessité vertu pour reconstruire une nouvelle façon de vivre paisiblement ensemble. Jusqu’au prochain krach qui rebattra à nouveau les cartes car le fort, entendu comme un individu, une classe, un groupe, une ethnie, un pays, dominera toujours le faible, et par tous les moyens, du plus subtil au plus primaire. Libre à chacun de faire l’autruche et de continuer à croire, une façon plus confortable de traverser la vie que de penser.

Voir pour aller plus loin, cette vidéo avec Yves Paccalet , sur son pamphlet « L’humanité disparaîtra … » qui n’est pas une thèse eschatologique mais une réflexion dérangeante et profonde sur l’humain guidé par une sombre trinité: sexe, territoire, hiérarchie.

Publicités

À propos de Serge Escalé

Rédacteur. En veille sur l'économie, le social, l'usage et implications des technologies, le numérique.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

%d blogueurs aiment cette page :