//
vous lisez...
Livres, Livres_numerique

Le tsunami numérique Emmanuel Davidenkoff (Stock)

Tsnunami_Numerique

« L’école à la papa, celle de l’enseignement frontal a vécu »  affirme Emmanuel Davidenkoff. Dans un ouvrage qui résume les défis posés par la vague numérique au système éducatif dans les pays occidentaux, l’auteur identifie 3 conséquences de cette rupture technologique majeure. D’une part, l’existence d’un monde de consommateurs, centré sur l’individu. D’autre part, l’avènement de nouveaux modèles économiques comme le low-cost ou le mieux -faire à coût égal. Enfin, la pression inexorable d’une structure horizontale, collaborative d’organisation des sociétés contre le vieux modèle vertical et tubulaire de l’éducation Nationale. Les Moocs, cours vidéos en ligne sur toutes les matières scolaires, peuvent abaisser les couts et permettre aux enseignants de se concentrer sur les tâches qu’un ordinateur ne pourra faire avant longtemps. Le rôle des professeurs reste encore à définir dans ce nouveau monde numérique. La notion de classe inversée fait peu à peu son chemin. Elle consiste a apprendre la leçon à la maison ou en bibliothèque à partir des documents de l’enseignant. Les séances de cours sont dédiées à l’approfondissement, aux exercices, à l’échange, à la résolution des problèmes  rencontrés par les étudiants.

Davidenkoff cite le contre-exemple de l’université de San José qui a dénoncé les accords avec la plateforme de Mooc Udacity car plus de la moitié des étudiants inscrits avaient échoué aux évaluations. L’auteur y voit les balbutiements habituels des technologies en gestation. Le privé et le marché sont-ils mieux à même de répondre aux défis du numérique ? Le livre ne répond pas vraiment à cette question mais cite la rapidité du marché à répondre voire à susciter les besoins des consommateurs.  Retenons, le propos de Gilles Babinet cité dans le livre:  » Le postulat initial consistant à dire:  « Il faut équiper tout le monde » est mauvais. Tant qu’on ne parle pas de pratique pédagogique, nous n’avancerons pas ». Davidenkoff invite à penser à l’exemple de Kodak, ex-monopole de la photographie argentique, qui a manqué toutes les évolutions techniques: le photocopieur, le Polaroïd, la photo numérique et a fini par s’écrouler. L’Education Nationale et l’enseignement supérieur ne feront pas faillite mais il se doivent d’être à la hauteur de l’investissement consenti par l’Etat. Il s’agit surtout de faire évoluer l’éducation vers un modèle qui tienne compte à la fois du numérique, de l’intérêt des élèves , sous l’influence directe d’une organisation collaborative. Rude challenge quand on connait l’inertie du système éducatif français qui manie le paradoxe d’un égalitarisme d’intention et d’un élitisme féroce.

Vidéo sur l’audition de Emmanuel Davidenkoff (L’étudiant) – au conseil économique et social

195 pages / 18€

Publicités

À propos de Serge Escalé

Rédacteur. En veille sur l'économie, le social, l'usage et implications des technologies, le numérique.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

%d blogueurs aiment cette page :