//
vous lisez...
En bref

Grève à la SNCF: pour tenter de comprendre

Pour comprendre le projet du gouvernement, la position des syndicats, il faut faire un effort et se décaler des analyses des différents acteurs, syndicats, Etat, médias, etc. Voici ce que j’ai compris mais je peux me tromper:

  • L’Etat veut revenir sur la dissociation de 1997 de la SNCF et de RFF inefficace. On se rappelle l’épisode peu glorieux du rabotage des quais, démontrant l’absence de  communication entre les 2 entités. Mais il s’agit aussi et surtout de savoir ce qu’on fait de la dette du secteur, de 44 milliards d’euros. En ces temps de réduction de dette, l’Etat ne veut pas alourdir les comptes publics.
  • Les syndicats sont divisés. Sud et Unsa demandant le retrait du projet et la création d’une structure juridique qui récupère la dette. La CFDT, réformiste, acceptant le projet mais proposant quelques amendements. La crainte pour les cheminots est, au fond, l’abandon du statut de 1946 (régime spécial de retraite et emploi à vie notamment). En effet, le passage de la SNCF et RFF au privé en 2022, promet de modifier profondément ce statut pour rendre la mariée plus présentable aux futurs actionnaires.
  • Les médias informent moins sur le fond du projet et la position des syndicats que sur le lycéen qui ne pourra pas passer son bac et les voyageurs pris en otage. Parmi ces derniers, beaucoup travaillent dans une TPE ou PME avec un statut et un contrat de travail soumis aux aléas du marché, ce qui leur fait penser que la grève des cheminots (comme celle des taxis …) est une position corporatiste avec un important moyen de pression dont ils ne disposent pas.

Le Monde a tenté une explication hors clichés journalistiques à lire ici  . Daniel Schneiderman a analysé ici la position des médias et commente la position de Hollande : « A  la dualité trains / rails, il s’agirait de substituer une « trialité » trains / rails / entretien des rails. L’ensemble devant à la fois être regroupé sous une même autorité (pour la rationalité du projet; sortir de la situation ubuesque, etc) et scindé (pour ne pas trop déplaire à la Commission)« .

Entre l’UE qui demande la concurrence de tous contre tous, un gouvernement qui tente le grand écart, des cheminots qui essaient de préserver leur statut, des syndicats divisés, un  usager qui compte les points, il s’agit d’arbitrer entre des intérêts contradictoires. Le résultat est souvent un compromis qui ne satisfait personne. Et la facture finale est à répartir entre tous les contribuables, sauf les grandes entreprises et évadés fiscaux.

Publicités

À propos de Serge Escalé

Rédacteur. En veille sur l'économie, le social, l'usage et implications des technologies, le numérique.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

%d blogueurs aiment cette page :