//
vous lisez...
En bref

Après les européennes: voir plus loin que la victoire du FN

A l’heure ou d’immenses défis d’ordre mondial doivent être relevés par les nations, 1 français sur 10 a choisi de donner une majorité au FN pour les élections européennes de 2014. C’est peu et c’est beaucoup.

Peu, car le nombre de votants est faible par rapport au nombre des électeurs inscrits. Surtout, le Parlement Européen a peu de pouvoirs, à part celui d’amender les textes proposés par la Commission européennes, elle-même soumise à l’organe suprême, le Conseil européen, une institution de l’Union européenne, composée des chefs d’Etat et de gouvernement des Etats membres et du Président de la Commission européenne.  La constitution d’un groupe des droites nationales-populistes au Parlement n’est pas assurée car depuis juin 2009, il faut 25 députés d’au moins 7 États membres pour former un groupe.

C’est beaucoup car, à supposer qu’il accède un jour au pouvoir, une hypothèse qu’on ne peut plus écarter, le FN ne propose pas l’ombre d’une solution face aux immenses défis que doit relever la France au 21 ème siècle. La résolution des problèmes sociaux, économiques, écologiques ne peut être traitée qu’au niveau européen et mondial, et le repli sur tous les plans vers la nation mène à une tragique impasse. Il est consternant de constater que la vieille ficelle du bouc émissaire, coupable de tous les maux fonctionne toujours. Aujourd’hui, les Rroms et l’Islam, servent de paratonnerre à une situation économique et sociale qui touche les classes moyennes et les plus pauvres, même si ces faux arguments ne sont pas toujours explicitement assumés par les partis nationaux-populistes.

La représentation politique actuelle, UMP et PS ou UDI est moribonde. Les politiques au niveau européen, national ou local, vivent … de la politique au travers des avantages non négligeables procurés par leur mandat sans, pour la plupart, avoir une action réelle sur le quotidien et l’intérêt général de leurs électeurs. Cette situation délétère nourrit toutes les peurs et les phantasmes voire au pire, les thèses complotistes antisémites et autres. Pour espérer un changement, il faudra hélas aller dans le mur et vivre des moments difficiles pour ensuite reconstruire.

Michel Etiévent, écrivain, historien, grand connaisseur de la Résistance et de A.Croizat cite 3 phrases qui peuvent changer le regard avec lequel on examine la situation préoccupante actuelle: « La première de Gramsci  (écrivain et théoricien politique italien) :  » vigilance, mes frères, alors que le vieux monde se meurt et que le nouveau monde tarde à apparaitre, alors dans ce clair obscur surgissent les monstres! « La seconde de Berthold Brecht  (dramaturge et metteur en scène) : » nos défaites ne prouvent rien. Si ce n’est que nous sommes trop peu à lutter et que ceux qui nous regardent en spectateur devraient avoir honte » Et la troisième à laquelle je tiens particulièrement, de Charles Palant (secrétaire général du MRAP) , déporté à Auschwitz, qui me disait un jour (en résumant toute notre histoire sociale faite de reculs, d’avancées, d’espoir) : « Michel ne t’inquiète pas, c’est dans les périodes de marée basse que se préparent parfois brutalement, parfois plus lentement les marées hautes! ».

 

Advertisements

À propos de Serge Escalé

Rédacteur. En veille sur l'économie, le social, l'usage et implications des technologies, le numérique.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

%d blogueurs aiment cette page :