//
vous lisez...
Livres

Cyclisme: la fin du mythe

 

Tour_forçatsEntre le 22 juin et le 20 juillet 1924, en  » grand reporter « , Albert Londres a couvert le Tour de France pour Le Petit Parisien. Il se dégage de ce court ouvrage sur le vélo et sa légende trouble, un parfum de calvaire et de souffrance qui montre que dés le début, le recours à des substances dopantes et illégales était intimement au cyclisme.  « Vous n’avez pas idée de ce qu’est le Tour de France » dit Henri Pelissier, coureur au verbe haut,  « c’est un calvaire. Et encore, le chemin de croix n’avait que quatorze stations, tandis que le nôtre en compte quinze. Nous souffrons du départ à l’arrivée.« .

La préface de ce livre mérite particulièrement l’attention. Elle est rédigée par Eric Fottorino *, ancien directeur de la rédaction du Monde, fin connaisseur du cyclisme et pratiquant assidu de vélo. Il commence par préciser que le mythe du Tour de France a tenu plus de 70 ans après le témoignage d’Albert Londres, jusqu’au tour 1998 marqué par la révélation au grand public de l’existence d’un dopage massif à l’EPO. Dans un raccourci réaliste et désabusé, Fottorino écrit: « Longtemps la foule ne s’est préoccupée que de ses idoles, du spectacle grandiose offert à son imaginaire, refusant de voir la part d’ombre attachée à chaque rémouleur de kilomètres, qu’il soit obscur ou ceint d’un habit de lumière. […]. Aujourd’hui, les dieux sont à terre. La magie s’est perdue. On ne peut indéfiniment faire gober des paradis artificiels, même à des adultes qui sont restés enfants. Les souvenirs du Tour vieillissent mal. L’épreuve ne suscite plus l’engouement d’antan. Trop de triche, trop d’argent, trop de soupçons dans une époque éprise de transparence. Tout cela était en germe depuis le départ, dès le premier tour de roue du premier Tour de France. Mais c’était si beau, grandiose parfois, cette geste chevaleresque, ces exploits, ces décors, ces histoires captivantes d’anonymes entrés dans la gloire après une courageuse échappée, ces destins se hissant vers la Capitole à la force du jarret, au risque de s’abîmer contre la roche tarpéienne de la défaillance, de la malchance, du vent contraire ».

Tout est dit là. Il ne reste plus aujourd’hui du cyclisme qu’un feuilleton télévisuel en juillet, sorte de dépliant touristique de la France et ses paysages, avec ses annonceurs et un organisateur, ASO, qui remplit abondamment son tiroir-caisse sans aucun état d’âme. L’intrigue sportive n’est plus qu’un prétexte pour des spectateurs plus ou moins conscients qu’ils voient passer un mythe disparu.  Mais les mordus dont je fais partie, ont du mal à décrocher, une partie de soi refuse de renoncer à ce spectacle à odeur de soufre. Trop de souvenirs, de journées passées à attendre le passage des coursiers, des commentaires éclairés de Chappatte, Anquetil ou Fignon sur la geste cycliste. Je me souviens aussi de mon père, très amoindri par sa maladie de Parkinson, prendre seul le train dès potron-minet  pour aller une dernière fois simplement respirer le parfum de la course et le maillot jaune de Luis Ocana à Tarascon-sur-Ariège en 1973 .

Note: * Eric Fottorino a gagné des courses cyclistes au niveau amateur. En 2001, il a effectué à vélo le parcours de la course du Midi Libre, aujourd’hui disparue, avec quelques heures d’avance sur la course. En juillet 2014, il a initié et participé avec 23 jeunes, encadrés par l’ex-professionnel David Moncoutié au Tour de fête. Un parcours à vélo sur l’itinéraire du Tour de France, avec un jour d’avance.

 

Lien sur ce blog, sur les techniques de dopage en cyclisme  (billet non-exhaustif …)

 

 

 

 

 

Publicités

À propos de Serge Escalé

Rédacteur. En veille sur l'économie, le social, l'usage et implications des technologies, le numérique.

Discussion

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Dopage et tour de France | Humeurs Numeriques - mai 13, 2014

  2. Pingback: Tour de France: croire au père noël malgré tout … | Humeurs Numeriques - juillet 13, 2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

%d blogueurs aiment cette page :