//
vous lisez...
Livres, Livres_numerique

La souveraineté numérique (Pierre Bellanger) STOCK

 » La mondialisation a dévasté nos classes populaires. L’Internet va dévorer nos classes moyennes » Ce sombre présage illustre le ton de ce livre qui fourmille d’exemples concrets sur la révolution numérique et dessine des pistes pour le futur. La France et l’Europe n’ont aucune maîtrise sur cette rupture majeure de l’histoire de l’humanité qui concerne emplois, données personnelles, vie privées, fiscalité  et souveraineté, le cheval de bataille de Pierre Bellanger. Mais après avoir plongé son lecteur dans les affres de la perplexité et la peur, l’auteur indique les atouts de la France et de l’Europe et les solutions à envisager. D’après lui, la démocratie est un atout majeur face à la puissance montante de la Chine. On peut en douter, quand on voit que l’élection ne porte aujourd’hui au pouvoir que des élites de gauche ou de droite, incapables de proposer des solutions aux problèmes d’emploi, d’écologie, de santé, d’enseignement. Bellanger reprend l’antienne du progrès, vu sous l’angle du numérique, en expliquant qu’il contient l’antidote aux problèmes qu’il induit: suppression de la confidentialité, élimination massive d’emplois industriels, etc.

Pierre Bellanger appelle à l'établissement d'une politique industrielle des réseaux informatiques et de l'Internet.

Pierre Bellanger, fondateur et président de Skyrock, appelle à l’établissement d’une politique industrielle des réseaux informatiques et de l’Internet.

Taxer les donnés personnelles: une solution improbable

Un passage du livre traite de la fiscalité des données, une idée contenue dans le rapport Collin-Colin de 2013 sur la fiscalité du numérique. Les auteurs préconisaient de taxer les GAFA (Google, Facebook, Amazon, Apple) via une digi-douane qui demanderait aux géants du numérique de s’acquitter d’impôts en fonction de l’utilisation des données personnelles. Et de citer aussi la bourse aux quotas de CO2, laquelle a donné lieu à de telles arnaques en 2009 qu’il a fallu arrêter l’expérience.

J’ai déjà expliqué dans ce blog pourquoi l’ idée de taxation des données personnelles était, au moins pour le court terme, une impasse, car les Gafa refusent catégoriquement toute idée de taxation classique. A fortiori, on ne voit pas comment, ils accepteraient une taxe aux contours encore très flous voire improbables. Dans un florilège amusant sur le meilleur et le pire des applications numériques,  présentes ou à venir, Bellanger cite, par exemple, les futurs ordinateurs et smartphones qui proposeront de ne plus nommer aucun document et de ne plus rien classer. La machine sait maintenant ce dont nous avons besoin et le retrouve avant qu’on ne le demande. Et encore celle-ci: » Mon fils a pleuré parce qu’il n’était plus le meilleur à l’école. Un autre élève l’a dépassé. Il parait que ses parents lui ont implanté une puce d’assistance scolaire. ». Il est certain que le résogiciel – alliance du réseau mondial et des logiciels- comme Bellanger le nomme, va progresser avec l’apparition d’outils à la puissance énorme tel l’ordinateur quantique qui surpassera les ordinateurs actuels. Peut-être ne sommes-nous pas si loin du super-ordinateur Shalmaneser dans le livre de science-fiction Stand on Zanzibar de John Brunner, conçu par son prédécesseur et qui n’est plus compréhensible par les humains.

254 pages, 18 €

Advertisements

À propos de Serge Escalé

Rédacteur. En veille sur l'économie, le social, l'usage et implications des technologies, le numérique.

Discussion

3 réflexions sur “La souveraineté numérique (Pierre Bellanger) STOCK

  1. Merci de cette lecture. J’apprécie ces remarques et ces critiques sur la difficulté d’une fiscalité des données ou bien sur le mythe du progrès qui est appelé pour résoudre les problèmes qu’il cause … La solution que nous trouverons ensemble sera portée par toutes nos réflexions. Il vaut mieux d’ailleurs une solution complexe qu’une catastrophe simple.

    J'aime

    Publié par Pierre Bellanger | avril 24, 2014, 10:15
    • Je suis d’accord avec vous sur la nécessité de trouver des réponses ensemble. Il s’agit surtout, de conjurer le sort car le processus d’évolution des sociétés est entamé et sans contre-poids. Le numérique est un levier très puissant et je doute qu’il puisse être sérieusement amendé.

      J'aime

      Publié par Serge Escalé | avril 25, 2014, 11:02
  2. A reblogué ceci sur Libertés digitales.

    J'aime

    Publié par libertesdigitales | mai 23, 2014, 5:31

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

%d blogueurs aiment cette page :