//
vous lisez...
Economie

La grande distribution écrase les prix et ses fournisseurs

Comment une salade Batavia payée 32 centimes à un producteur par son grossiste qui la revend 50 centimes à la grande distribution, est au final proposée autour de 1 € aux clients, soit 50% de marge ? C’était le thème d’Envoyé Spécial (la suite) diffusé ce samedi 29 mars  « La guerre des prix, 6 ans après« .  Tordons le cou à l’argument des distributeurs qui mettent en avant les prix bas pour les consommateurs, alors que le prix de la salade a augmenté de 15% ainsi que celui de nombreux autres produits. Cette recherche de prix bas est un argument fallacieux à l’heure où le prix de l’immobilier, ceux de l’énergie ont explosé et que les taxes diverses et prélèvement divers ne cessent de monter. Le résultat de ce bras de fer déséquilibré et violent, entre des producteurs qui font des marges infimes et une grande distribution qui use de toutes les techniques pour mater leurs fournisseurs, est une perte importante sèche  de revenus pour les producteurs.

Les méthodes des Leclerc, Auchan, Aldi et consorts sont une bonne illustration de l’humiliation du fort par le faible. Entre les grandes enseignes et leurs fournisseurs, il ne s’agit pas de négociations mais du plein usage inique et sans scrupules d’un rapport de force profondément biaisé. Quand le législateur tente de placer des lignes rouges pour interdire, entre autres, les marges arrières, la grande distribution n’a de cesse de les contourner. Les marges arrières, en principe interdites, ne sont rien d’autres des rétrocommisions payées par les producteurs  à  la grande distribution en échange d’une présence dans les magasins.

Des sanctions inopérantes

Il faut croire que les sanctions prévues par la loi n’impressionnent pas les distributeurs. Dernière affaire en date, Leclecc vient d’être condamné à payer 500.000€, une  goutte d’eau de ses bénéfices pour avoir voulu contraindre ses fournisseurs à ne pas se retourner contre lui, au motif de « clauses déséquilibrées » insérées dans des contrats avec des fournisseurs selon la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF). En 2012, Carrefour a été condamné à verser 2 millions d’euros au titre de sanctions pour avoir appliqué des marges arrières à ses fournisseurs et à leur restituer 17 millions d’euros. Au terme d’une procédure lancée en 2009. neuf enseignes de la grande distribution ont été poursuivies, comme de vulgaires malfaiteurs, en octobre 200, afin de faire « sanctionner plusieurs clauses du contrat type et des conditions générales d’achat », rappelle un  communiqué de la DGCCRF.

En octobre 2009, Leclerc avait lui été condamné par la cour d’appel de Versailles à rétrocéder à 28 fournisseurs 23,3 millions d’euros, perçus sans contrepartie commerciale durant les années 1999-2001.
En novembre 2011, le Tribunal de commerce de Paris a condamné une nouvelle fois Leclerc, cette fois à une amende d’un million d’euros, pour avoir demandé à ces fournisseurs de lui restituer à leur tour ces 23,3 millions d’euros.

Au nom de l’augmentation du pouvoir d’achat, force est de constater les méthodes illégales ds distributeurs, rappelant un système mafieux bien éloigné de l’image propre et lisse délivrée par la communication des grandes enseignes.

leclerc

Leclerc n’est pas la seule enseigne a abuser de sa position  mais elle a fait l’objet de multiples condamnations (abus de marges arrières, pressions sur les fournisseurs)

 

Par L’Expansion.com avec AFP, publié le 09/03/2012 à 18:08

Le géant de la distribution a été condamné par la Cour d’appel de Paris à payer une amende de deux millions d’euros ainsi qu’à restituer 17 millions d’euros perçus illégalement au titre des « marges arrières ».

En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/marges-arrieres-carrefour-condamne-a-19-millions-d-euros_1404584.html#Arrkd77ydIG31TA1.99

Marges arrières: Carrefour condamné à 19 millions d’euros

Par L’Expansion.com avec AFP, publié le 09/03/2012 à 18:08

Le géant de la distribution a été condamné par la Cour d’appel de Paris à payer une amende de deux millions d’euros ainsi qu’à restituer 17 millions d’euros perçus illégalement au titre des « marges arrières ».

En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/marges-arrieres-carrefour-condamne-a-19-millions-d-euros_1404584.html#Arrkd77ydIG31TA1.99

Marges arrières: Carrefour condamné à 19 millions d’euros

Par L’Expansion.com avec AFP, publié le 09/03/2012 à 18:08

Le géant de la distribution a été condamné par la Cour d’appel de Paris à payer une amende de deux millions d’euros ainsi qu’à restituer 17 millions d’euros perçus illégalement au titre des « marges arrières ».

En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/marges-arrieres-carrefour-condamne-a-19-millions-d-euros_1404584.html#Arrkd77ydIG31TA1.99

Marges arrières: Carrefour condamné à 19 millions d’euros

Par L’Expansion.com avec AFP, publié le 09/03/2012 à 18:08

Le géant de la distribution a été condamné par la Cour d’appel de Paris à payer une amende de deux millions d’euros ainsi qu’à restituer 17 millions d’euros perçus illégalement au titre des « marges arrières ».

En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/marges-arrieres-carrefour-condamne-a-19-millions-d-euros_1404584.html#Arrkd77ydIG31TA1.99

En octobre 2009, Leclerc avait lui été condamné par la cour d’appel de Versailles à rétrocéder à 28 fournisseurs 23,3 millions d’euros, perçus sans contrepartie commerciale durant les années 1999-2001.

En novembre 2011, le Tribunal de commerce de Paris a condamné une nouvelle fois Leclerc, cette fois à une amende d’un million d’euros, pour avoir demandé à ces fournisseurs de lui restituer à leur tour ces 23,3 millions d’euros.

En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/marges-arrieres-carrefour-condamne-a-19-millions-d-euros_1404584.html#Arrkd77ydIG31TA1.99

 

 

En octobre 2009, Leclerc avait lui été condamné par la cour d’appel de Versailles à rétrocéder à 28 fournisseurs 23,3 millions d’euros, perçus sans contrepartie commerciale durant les années 1999-2001.
En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/marges-arrieres-carrefour-condamne-a-19-millions-d-euros_1404584.html#trjJBJcp0xsi3Dou.99

 

En octobre 2009, Leclerc avait lui été condamné par la cour d’appel de Versailles à rétrocéder à 28 fournisseurs 23,3 millions d’euros, perçus sans contrepartie commerciale durant les années 1999-2001.
En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/marges-arrieres-carrefour-condamne-a-19-millions-d-euros_1404584.html#trjJBJcp0xsi3Dou.99
Publicités

À propos de Serge Escalé

Rédacteur. En veille sur l'économie, le social, l'usage et implications des technologies, le numérique.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

%d blogueurs aiment cette page :