//
vous lisez...
Livres, Livres_numerique

Contre le colonialisme numérique (Roberto Casati) Albin Michel

Contre-le-colonialisme-numeriqueNi luddiste (opposé à la technologie), ni adorateur messianique de la science, Roberto Casati propose une autre voie, celle d’un »design » de l’éducation, à savoir un conception pédagogique qui s’oppose au colonialisme numérique de tous les secteurs de la société et du monde de l’éducation. Par colonialisme, l’auteur entend la prééminence d’une normativité automatique du numérique. Par exemple, il faudrait adopter sans discussions, la présence de tablettes à l’école, sans projet éducatif. Le mythe du « natif numérique » est soigneusement critiqué pour ce qu’il comporte d’inexactitude. Les jeunes nés à partir de 1990 n’ont pas développé de capacités cognitives spécifiques en jonglant avec les consoles, tablettes ou smartphones comme le croient ou veulent le faire croire les « colons » numériques.

Casati n’exclut totalement qu’une seule utilisation du numérique: le vote électronique qu’il condamne au nom de la nécessité du secret du vote, de la robustesse indépassable du vote papier. Il ajoute qu’un vote via smartphone serait l’objet de pressions familiales et de manipulations en expliquant, de plus, que le traitement du vote serait plus facilement faussé. Le vote électronique est aujourd’hui considéré comme une « nouvelle technologie obsolète » car il n’est pas possible, entre autres raisons, de s’assurer que les logiciels sont exempts de bugs. La Hollande , pays précurseur et qui a longtemps utilisé les machines à voter électroniques, a abandonné cette technologie.

Concernant la Wikipedia à laquelle il contribue, l’auteur montre que la pratique collaborative d’écriture, la possibilité d’une discussion, l’historique des modifications en fait une oeuvre de connaissance respectable et très utile. Il encourage les élèves à y contribuer à leur tour et ne pas se contenter de la copier. L’école et les enseignants ne doivent pas se laisser intimider par les TIC et doit rester un espace protégé, à l’abri des écrans qui fragmentent l’attention des élèves. L’auteur rappelle qu’il ne faut pas bruler les étapes comme le numérique semble nous y engager. Accéder à l’information, ce n’est pas lire; lire, ce n’est pas déjà comprendre, comprendre, n’est pas encore apprendre.

Roberto Casati est philosophe, directeur de recherches au CNRS ( Institut Jean Nicod) Il est l’auteur, notamment, de « La découverte de l’ombre , 2002 »  et avec Achille Varzi, de « 39 petites histoire philosophies d’une redoutable simplicité », 2005, Albin Michel.

Advertisements

À propos de Serge Escalé

Rédacteur. En veille sur l'économie, le social, l'usage et implications des technologies, le numérique.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

%d blogueurs aiment cette page :