//
vous lisez...
Impressions Lyonnaises, Social

La Caisse d’Epargne de Rhône-Alpes condamnée pour son organisation du travail

Le 21 février 2014, la Cour d’appel de Lyon a condamné la Caisse d’Epargne de Rhône-Alpes pour son organisation de travail reposant sur le benchmark, un système d’évaluation contraignant qui met en concurrence permanente les agences et les commerciaux dont les résultats sont comparés à chaque instant. Ces pratiques ont été jugées attentatoires à la santé des salariés.

Le benchmarking, d’origine américaine, est un comparateur pour les produits et les services. Pour améliorer ses résultats, la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes a tout simplement appliqué cette pratique à ses employés. Or, les risques sanitaires bien réels de cette pratique ont été mal évalués par la direction.  Dans l’émission Envoyé Spécial du 28 février 2013 sur France 2,  un cadre de la banque confirmait une pression permanente créant stress, tensions inutiles, et culpabilisation. Le fait que ce cadre confirme l’existence d’un outil comparatif de performances, poussant les conseillers à vendre une maximum de produits, a rendu plus méfiants les téléspectateurs, clients de la Caisse d’Epargne, ce qui aurait eu une incidence négative sur les résultats des conseillers.  1.

Un ancien médecin du travail du groupe BPCE affirme que cette situation de tension extrême, favoriserait l’émergence de sérieux problèmes psychologiques, et affecterait gravement la santé des salariés.

L’historique judiciaire de cette affaire remonte au 10 mars 2011, lorsque le syndicat Sud BPCE avait assigné la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes (CERA) devant le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Lyon pour faire interdire une organisation du travail reposant sur le benchmark. Le 4 septembre 2012, le TGI de Lyon a donné raison au syndicat dans un jugement sans équivoque. La direction de la CERA a fait alors appel de cette décision.

Le 21 février 2014, la Cour d’appel de Lyon vient de confirmer le 1er jugement du TGI aux patrons de la CERA  de Lyon, considérant que l’organisation du travail mise en place à partir de 2007 et jusqu’à ce qu’il statue en 2012 était attentatoire à la santé des salariés.

Pour motiver sa décision, la Cour a pris en compte les éléments apportés par Sud à l’appui de sa demande: la dizaine de rapports d’alerte des médecins du travail ainsi que les multiples critiques factuelles et concordantes émanant de l’Inspection du Travail, du cabinet ARAVIS chargé d’une expertise, des assistantes sociales, du CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions du Travail) et des autres instances représentatives du personnel. Toutes ces critiques s’accordaient pour dénoncer les multiples effets particulièrement pernicieux et dommageables résultant de l’organisation du travail mise en place par les patrons : une atteinte à la dignité, un sentiment d’instabilité, une culpabilisation permanente, un sentiment de honte, une incitation pernicieuse à passer outre la réglementation et une multiplication de troubles physiques et mentaux constatés chez les salariés.

Pour Stéphane Ducrocq, l’avocat de Sud groupe BPCE, « c’est une décision très satisfaisante dans la mesure où elle entérine le fait que désormais le juge peut s’immiscer dans la vie de l’entreprise et interdire une organisation du travail qui serait potentiellement susceptible de porter atteinte à la santé des salariés. Elle autorise en outre les organisations syndicales à intervenir de manière préventive avant qu’un drame effectif ne soit survenu. »

Cette décision très importante inscrit dans la législation du travail le fait qu’une entreprise ne pourra plus désormais mettre en œuvre une organisation du travail susceptible de porter atteinte à la santé physique et mentale du salarié sous peine de voir le juge interdire la dite organisation du travail.

Depuis le jugement rendu par le TGI, la CERA a mis en place un benchmark « allégé » pour tenter de contourner l’interdiction posée par le TGI. La cour d’appel, faute d’éléments sur cette nouvelle organisation du travail, n’a pas été en mesure de l’interdire. Les différents intervenants en matière de santé au travail interviendront très prochainement sur les conséquences potentiellement néfastes de cette nouvelle organisation.

Par contraste avec ces pratiques d’organisation du travail, les rémunérations très élevées des dirigeants de la BPCE semblent surprenantes. François Pérol a vu sa rémunération annuelle passer à 1,6 million d’euros en 2010 soit +247% d’augmentation. Le président du directoire pour la région Rhône-Alpes percevait quant à lui 36.625 € mensuels en 2011 (soit 434.700 € annuels selon le rapport du comité de rémunération de la BPCE).

Tableau_remun

La salaire mensuel du président du directoire de la Caisse Epargne Rhône-Alpes était de 36.000 € mensuels en 2011

 

Quelques contacts avec des conseillers de la Caisse d’Epargne dans plusieurs régions de France confirme qu’il y a encore un système benchmark des salariés. Cependant, les pressions sur ces derniers dépendent beaucoup du directeur d’agence qui peut faire appel à ses propres capacités de manager, qui lui permettent de réaliser les résultats en préservant la cohésion de son équipe. L’outil de benchmark entre les mains d’un directeur incompétent ou/et peu soucieux des conséquences néfastes sur les employés, peut s’avérer innefficace et entrainer des risques psycho-sociaux

Je suis à la recherche de témoignages de colloborateurs de la CERA pour compléter cet article. Ils seront bien entendu anonymisés et leur propos respectés.

 

Sources pour aller plus loin:

Note:

1. Voir le jugement de la Cour d’appel du tribunal de Riom de mai 2011 qui considère que:  » la publicité émise par la Caisse d’Épargne et relative au placement Doublo Monde est « digne des jeux de loteries publicitaires des commerces par correspondances ».

 

 

 

Advertisements

À propos de Serge Escalé

Rédacteur. En veille sur l'économie, le social, l'usage et implications des technologies, le numérique.

Discussion

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Suicides et travail: un débat biaisé | Humeurs Numeriques - février 27, 2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.