//
vous lisez...
Art et Culture, En bref

Pourquoi résister quand tout parait perdu ? La réponse de Jean Paulhan

Certaines phrases résument de façon lumineuse bien des discours telle celle-ci:  « Tu peux serrer une abeille dans ta main jusqu’à ce qu’elle étouffe, elle n’étouffera pas sans t’avoir piqué, c’est peu de chose, mais si elle ne te piquait pas, il y a longtemps qu’il n’y aurait plus d’abeilles. »

Cette réflexion de Jean Paulhan, écrivain, critique et éditeur français, animateur de La Nouvelle Revue française (NRF) de 1925 à 1940 et de 1953 à 1968 figurait dans une lettre adressée aux « directeurs de la Résistance ». Une phrase citée dans le documentaire de Frédéric Rossif De Nuremberg à Nuremberg à propos des résistants dont le combat paraissait alors inutile.  Cette phrase peut s’appliquer à d’autres combats qui paraissent perdus d’avance.

Publicités

À propos de Serge Escalé

Rédacteur. En veille sur l'économie, le social, l'usage et implications des technologies, le numérique.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

%d blogueurs aiment cette page :