//
vous lisez...
Divers

Olivier Delamarche, imprécateur des marchés

Je ne suis pas boursicoteur et la finance m’insupporte. C’est dire que je ne fais pas partie des fidèles de BFM Business, ciblé sur les stratégies d’entreprises et qui vend à ses clients, auditeurs et téléspectateurs, le produit qu’ils veulent. Ce choix est parfaitement assumé par l’ensemble des présentateurs de la chaîne et a au moins le mérite d’être clair et sans ambiguïtés. Cela dit, parmi les voix dissonantes de cette ligne éditoriale comme Jacques Sapir ou Olivier Berruyer, trône depuis quelques années un animal médiatique, Olivier Delamarche, gérant de Platinium Gestion, société de gestion de portefeuille.

Sa société ne promet pas monts et merveilles à ses clients et son discours d’ours mal léché pessimiste n’est pas fait pour susciter l’enthousiasme. Pourtant, Olivier Delamarche, est un excellent produit d’appel repris chaque semaine par des dizaines de blogs, sites, Tweets, messages Facebook. Chaque mardi Delamarche douche les envolées des thuriféraires de la bourse et du CAC 40 et autres amateurs de performances boursières. D’emblée, sa mine renfrognée pose le cadre de ses diatribes. Solides arguments à l’appui, il vitupère contre le Quantitative Easing de la réserve Fédérale américaine, autre nom de la planche à billets, contre le déficit abysssal du budget japonnais ou contre le désastre annoncé de l’Euro. Un invité explique t-il que les Etats-Unis commencent à nouveau à créer de l’emploi que Delamarche  lève aussitôt au ciel son regard broussailleux avant de se lancer dans une tirade assassine contre les chiffres biaisés du Trésor américain et la candeur des investisseurs. Les deux animateurs Guillaume Sommerer et Cédric Decoeur, font parfois mine de s’insurger contre cet imprécateur mais ils savent parfaitement que la lucidité bougonne de Delamarche apporte un contrepoint indispensable au discours lénifiant des marchés. L’auditeur et le téléspectateur découvre là des propos bruts de décoffrage, souvent vérifiés, qui tranchent avec la naïveté réelle ou simulée des commentateurs habituels de la bourse et de la finance. Delamarche est un décapant à utiliser avec les précautions d’usage, bien lire la notice…

Delamarche

Delamarche, Buster Keaton de BFM Business

Advertisements

À propos de Serge Escalé

Rédacteur. En veille sur l'économie, le social, l'usage et implications des technologies, le numérique.

Discussion

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Comprendre le Quantitative Easing, alias la planche à billets | Humeurs Numeriques - février 3, 2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

%d blogueurs aiment cette page :