//
vous lisez...
Presse

Des écoles de journalisme dépendantes des grandes entreprises

Dans le domaine de la formation des journalistes, la frontière entre information et  communication est depuis longtemps franchie. Soit, les écoles de journalisme renommées (CFJ et CFPJ, IPJ, CPJ, etc.) malgré le cout élevé de la formation pour les élèves, ont  besoin de financeurs pour la formation initiale qui ne remplit pas leurs caisses. L’article du « Canard Enchainé » daté du 19 juin 2013, indique un nouveau virage vers la perte d’indépendance par rapport au marché. En effet, de grands groupes commerciaux ont investi dans les écoles de journalisme renommées, optimisant leurs charges fiscales et prêts à instiller aux jeunes étudiants, une saine vision libérale du monde. Le CFPJ, (Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes) n’est plus, depuis octobre 2012, qu’une marque du groupe Abilways, un regroupement des sociétés Edition, formation, entreprise (EFE), Centre de formation et de perfectionnement des journalistes (CFPJ), Institut supérieur du marketing (ISM) et ACP Formation (marchés publics). Abilways a pour principal actionnaire, depuis l’an dernier, la société d’investissement de la famille Mulliez (Auchan, Décathlon, etc;) qui se nomme Creadev. Reste a prouver que ce lien de dépendance financière n’influence pas d’une manière ou d’une autre le contenu de l’enseignement, censé garder une distance avec la doxa libérale.. On peut en douter quand on sait que le directeur général adjoint du CFPJ, un certain Fabrice Davério, passé par l’Oréal et LVMH, est l’auteur de  l’inoubliable ouvrage « Comment gagner plus de thunes ! « .

Un objectif qui n’est pas précisément inscrit dans les priorités d’une école de journalisme, censée aiguiser l’esprit critique mais sans mettre les doigts dans le pot de confiture.

Gagner_Plus_DeThunes

Un livre de Fabrice Davério, directeur du développement du CFPJ. On est bien loin des principes fondateurs d’une véritable école de journalisme.

Ne parlons pas des écoles qui mélangent allègrement journalisme, communication et production comme l’ISCPA qui possède des écoles à Paris et Lyon, antenne du groupe de gestion IGS. Les frontières sont ici abolies sans même prendre conscience de la séparation irréductible entre un travail d’information exigeant rigueur et éthique et celui de communicant, qui consiste à manipuler l’attention.

« Le devoir d’irrespect » et la liberté d’expression, supposés être les grands principes fondateurs du journalisme d’enquête , s’arrêtent là ou commence le tiroir-caisse selon les termes du Canard Enchaîné.

Pour info, la Charte d’Ethique des journalistes de plus en plus malmenée dans les faits

Advertisements

À propos de Serge Escalé

Rédacteur. En veille sur l'économie, le social, l'usage et implications des technologies, le numérique.

Discussion

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Des écoles de journalisme dépenda... - juillet 1, 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

%d blogueurs aiment cette page :